Tout continue normalement

La récupération

« Les formations en entrepreneuriat au sein des écoles de commerce accordent une large place à la rédaction d’un business plan. Ce document présente le projet de création d’entreprise et s’accompagne le plus souvent d’une pédagogie traditionnelle : les étudiants appliquent des connaissances présentées dans le cadre de cours théoriques. L’apprentissage se déroule dans un contexte prévisible où le raisonnement causal standard est parfaitement adapté. De nombreux auteurs remettent aujourd’hui en question ce type de formation déconnectée des pratiques des entrepreneurs.[…]

Nous proposons de dépasser cette opposition en construisant de nouvelles situations d’apprentissage. Pour ce faire, nous avons développé une expérimentation, la dérive, fondée sur les travaux de l’Internationale Situationniste. Nous montrons à l’issue de ce papier comment les étudiants peuvent profiter de ce dispositif pour apprendre à entreprendre en se confrontant à l’ambiguïté, le conflit, l’inattendu, l’altérité, la complexité, la subversion ou encore la sérendipité. »

Source : XXe conférence de l’Aims, Quand les Situationnistes nous aident à enseigner l’effectuation dans les formations entrepreneuriales.

La décomposition

« Concert à la lampe de poche de Facteurs Chevaux au Palais Idéal du Facteur Cheval, ce sera samedi 20 mai pour la Nuit Européenne des musées. Soirée doublement magique avec la visite à la lampe de poche… éclairée par la présence exceptionnelle du duo « Facteurs Chevaux », c’est avec leurs guitares acoustiques et leur folk délicat, éthéré, bucolique, qu’ils nous enchanteront. Une aventure aussi singulière que Surréaliste ! »

Source : Facteurcheval.com

La réification et le délire

« L’un des forums du site Reddit a lancé un jeu vidéo unique, nommé Outside. Ici, pas de console ni d’interface : le jeu est simplement déclaratif, et consiste à décrire sa vie quotidienne comme une expérience virtuelle. […] Dans son livre, Alien Phenomenology or how is it like to be a thing ? (2012), le penseur des mondes virtuels et game designer Ian Bogost vante les mérites du jeu vidéo. Pour lui, ils permettent de développer une compréhension, une réflexion et une forme d’empathie envers les choses qui nous entourent. […] En somme, pour Bogost, jouer à un jeu vidéo nous permet de faire l’expérience d’autres subjectivités et nous décentre de nous-mêmes. Même si Outside n’est pas un véritable jeu en ligne, il participe au même exercice : derrière ces échanges qui mettent à distance le réel, les joueurs se réapproprient leurs vies et leurs existences avec les codes du jeu vidéo.

Jouer à Outside et décrire sa vie comme une expérience virtuelle permet de la considérer avec des points de vue que l’on n’avait peut-être pas imaginés, le nez dans le guidon. Et puis, il y a l’émancipation que le recours à la fiction permet, qui fait d’Outside une expérience existentialiste et presque anarchiste. »

Source : Outside, le jeu vidéo qui vous aide… à vivre, usbeketrica.com, 28.08.2017

L’autopersuasion et le refoulement

« Si l’ubérisation de l’économie fait si mal au salariat et apporte du grain à moudre à (l’extrême) gauche, elle l’a aussi privé d’un de ses vieux bijoux de famille : la collectivisation des moyens de production.

Il existe encore de nombreux irréductibles pour rêver au matin du grand soir. Ceux-là même qui pensent que si le capitalisme continue d’accumuler des richesses, le moment de l’expropriation n’en sera que plus joyeux. Mais Uber a définitivement mis un terme à leurs espoirs. »

Source : « Uber a mis en place le rêve socialiste : rendre l’outil au travailleur ! », Laurent Wartel, Le Monde, 06.11.2017

La civilisation du travail

« Ce « Fun Game » ne fait pas rire tout le monde. Depuis vendredi, Amazon a mis en place un concours entre tous les salariés de son entrepôt de Lille. Ils sont encouragés à signaler les manquements aux règles de sécurité de leurs collègues en remplissant un bulletin « Faux pas », et obtenir en échange un bon point. Une récompense est prévue à la clé. « Un cadeau à gagner pour l’associate (l’employé, NDLR) qui aura le plus de points ! », clame l’affiche placardée dans l’entrepôt, qui se conclut ainsi : « Have Fun ! »

Source : Un « jeu » pour dénoncer ses collègues à l’entrepôt Amazon de Lille, Capital.fr, 20.11.2017

L’Etat

« Le bloc conservateur au pouvoir au Japon a fait passer jeudi à la chambre haute du parlement un texte de loi sur les conspirations en vue de commettre des actes terroristes et autres crimes graves, malgré les inquiétudes soulevées par le projet quant aux libertés civiques. […]

« Il ne reste que trois ans avant les Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo et j’aimerais ratifier dès que possible le traité sur le crime organisé, de sorte que nous puissions résolument coopérer avec la communauté internationale en vue d’empêcher le terrorisme », a déclaré le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, à la presse. « C’est pour cela que la loi a été adoptée »

La loi prévoit de pénaliser la conspiration et s’appliquera à toute personne reconnue coupable de préparer l’un des 277 « crimes graves » répertoriés par ladite loi, au nombre desquels figurent des actes sans lien clair avec le terrorisme ou le crime organisé, comme le fait de participer à un sit-in pour protester contre la construction d’immeubles d’habitation ou le fait de copier de la musique, a fait remarquer la fédération du barreau japonais. »

Source : Adoption au Japon d’une loi anti-conspiration très critiquée, Reuters, 15.06.2017

Le nucléaire

« L’agence russe de météorologie Rosguidromet a reconnu lundi qu’une concentration « extrêmement élevée » de ruthénium-106 avait été détectée fin septembre dans plusieurs régions de Russie, confirmant les rapports de plusieurs réseaux européens de surveillance de la radioactivité. […]

Selon la même source, le taux le plus élevé a été enregistré dans la station d’Arguaïach, un village proche de Tcheliabinsk, dans le sud de l’Oural, où « une concentration extrêmement élevée » de ruthénium-106 « excédant de 986 fois » les concentrations enregistrées le mois précédent a été détectée. […]

Rosguidromet ne donne pas d’indication sur la source potentielle de la pollution mais Arguaïach est située à 30 kilomètres du complexe nucléaire Maïak, touché par un des pires accidents nucléaires de l’histoire en 1957. Maïak est aujourd’hui un site de retraitement de combustible nucléaire usé.

L’agence russe précise que le ruthénium-106 a ensuite été détecté au Tatarstan puis dans le sud de la Russie, avant qu’il ne se fixe à partir du 29 septembre « dans tous les pays européens, à partir de l’Italie et vers le nord de l’Europe ». Fin septembre, plusieurs réseaux européens de surveillance de la radioactivité dans l’atmosphère avaient repéré du ruthénium-106 dans l’atmosphère. »

Source : La Russie reconnaît être à l’origine d’un nuage radioactif en France, Huffington Post, 20.11.2017

Le Progrès

« Pour créer votre signature biométrique, l’iPhone X utilise simultanément la caméra en face avant, une caméra infrarouge, et un illuminateur infrarouge qui projette 30.000 points, de quoi créer un cliché du relief et des détails du visage, des empreintes mathématiques plutôt que des images proprement dites.

Aucune de ces données ne quittera jamais l’iPhone, les images et les empreintes servant à calculer la signature de votre visage étant protégées dans « l’enclave sécurisée » du smartphone, une mémoire chiffrée inaccessible aux applications. Pour suivre l’évolution de vos traits, de votre coupe de cheveux ou de votre barbe de trois jours, l’iPhone pourra garder de nouveaux clichés au fil des déverrouillages, clichés qui eux non plus ne seront pas stockés tels quels, et toujours circonscrits à la même mémoire sécurisée. Conséquence : comme pour les empreintes digitales de TouchID, si vous changez de combiné, vous devrez reprendre à zéro la procédure d’inscription biométrique. […]

Si les composants qui font tourner Face ID ne sont pas nouveaux (on en trouvait certains dans le capteur Kinect de la Xbox, par exemple), Apple a pris son temps pour affiner l’authentification, utilisant un milliard de photos en 2D et 3D de visages du monde entier, pour s’assurer que l’identification fonctionne avec ou sans lunettes, foulards, ou lentilles de contact. Pour s’assurer qu’on ne puisse pas déverrouiller votre iPhone sans que vous le sachiez, pendant votre sommeil par exemple, le système s’assure non seulement que vos yeux sont bien ouverts, mais aussi que votre attention est dirigée vers le téléphone. […]

Selon Apple, la probabilité qu’une personne prise au hasard puisse passer la barrière de Face ID sur votre téléphone est d’une chance sur un million. Pour comparaison, le même Apple estimait que Touch ID avait une probabilité de « faux positifs » de un sur 50.000. Seules failles connues dans Face ID : les vrais jumeaux, trop ressemblants pour que le système ne les distingue à coup sûr, et les enfants, dont les traits ne sont pas encore assez définis. »

Source : iPhone X : Apple veut rassurer sur Face ID, LCI, 29.09.2017

La bureaucratisation de la vie quotidienne

« Des points en plus pour l’achat de produits chinois, de bonnes performances au travail ou la publication sur un réseau social d’un article vantant les mérites de l’économie nationale. Des points en moins en cas d’opinions politiques dissidentes, des recherches en ligne suspectes ou des passages piétons traversés à la hâte, alors que le feu est rouge.

La Chine travaille depuis 2014 sur un système d’évaluation de ses propres citoyens programmé pour être mis en place en 2020. […] Un tel système fonctionnera en exploitant les mécanismes du jeu, tels que les scores et la comparaison entre amis, pour devenir un insidieux mais très puissant instrument de contrôle social.

Il combinera les données de plusieurs outils existants, dont ceux déployés par les géants du Web Alibaba, Tencent et Baidu. Tous trois ont d’ores et déjà lancé des expérimentations sur ce système de «crédits sociaux», qui donne accès à certains services en fonction de l’évaluation du client. […] Les enregistrements des tribunaux, de la police, des banques, des impôts et des employeurs, seront eux aussi utilisés. […]

En résultera une note globale, à la manière de l’indice de « désirabilité » attribué par l’application de rencontres Tinder. De cette même note pourra dépendre l’accès des Chinois aux transports publics, à certains services d’État, logements sociaux et formalités de prêts. »

Source : La Chine met en place un système de notation de ses citoyens pour 2020, Le Figaro, 27.12.2017

L’exploitation

« À l’usine Hangzhou Zhongheng Electric en Chine, les employés portent des casques ou des casquettes dans lesquels sont cachés des capteurs qui analysent leurs ondes cérébrales pendant qu’ils travaillent. Les données sont ensuite envoyées vers des ordinateurs qui permettent de surveiller les changements émotionnels des travailleurs, tels que le stress, la colère, l’anxiété ou la fatigue.

Le management explique que le but est de mesurer le stress des ouvriers pour mieux adapter le rythme de travail et augmenter l’efficacité de l’usine.

Interviewée par le South China Morning Post, une professeure impliquée dans ce programme explique qu’un employé trop émotif dans un poste clé peut affecter toute une chaîne de production. Grâce aux capteurs, le manager est prévenu et peut ainsi demander à l’employé de faire une pause, de changer de poste ou de partir pour la journée.

Elle explique que les ouvriers n’étaient au départ pas très enthousiastes à l’idée de porter ces capteurs: «Ils pensaient que l’on voulait lire leurs pensées. Certains étaient mal à l’aise et il y a eu de la résistance au début». »

Source : En Chine, des capteurs cérébraux pour surveiller les émotions des employés, Slate.fr, 09.01.2018